Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Un appel d'Ahmed le 18 novembre 2019 nous apporte les dernières nouvelles de Tin Telloust.

Tous les jardins inondés pendant la saison des pluies ont été remis en état à l'exception de 4 irrécupérables. La majorité des puits sont également réparés.

Ibrahim Ahmed, instituteur natif de Tin Telloust a été nommé directeur de l'école primaire. Trois institutrices sont maintenant en poste.  La rentée scolaire 2019-2020 a donc maintenant eu lieue et compte 74 élèves dont 25 filles. On peut regretter que les 3 institutrices étant Haoussa, ne parlent pas le Tamachek.

Parmi les six jeunes parrainés par Niger Vivant , les trois filles sont au lycée d'Iferouane, une en 1ère et deux en seconde tandis que Djibril est en première au lycée de Timia. Illa est en deuxième année section mécanique auto  au CFPT de Zinder et Aghali Emoud est entré en première année de mécanique auto au CFPT d'Agadez.  Cest ce nouveau jeune que nous parrainons à la place de Malik . 

Avec l'arrêt des pluies, la construction des maisons a repris. La cinquième est à présent terminée et la construction de la sixième sera finie en janvier 2020. Ce sont 6 familles regroupant 38 personnes  qui apprécient beaucoup de pouvoir vivre à l'abri du froid et des tempêtes de sable à l'approche de l'hiver.

Au téléphone le 5 octobre 2019, Ahmed fait le point sur la situation à Tin Telloust.

La saison des pluies vient de se terminer. Elles ont été très abondantes cette année (du jamais vu ! on marchait sur les nuages...) surtout durant la deuxième quinzaine d'août rendant les pistes d'accès à Tin Telloust impraticables. Par contre les mares et les nappes phréatiques sont pleines. Ils ont de l'eau pour les deux années à venir et les pâturages sont bons. Cependant tout n'est pas parfait :

- la pièce servant d'hospitalisation dans la cour du dispensaire s'est effondrée

- la chaleur et l'humidité amènent une recrudescence du paludisme

- le déplacement de nombreux éleveurs a entraîné une contamination des bêtes qui sans traitement à l'OXY 20% meurent en 3 jours

- une partie de la récolte d'oignons a pourrie et ne peut être vendue

- tous les jardins ont été inondés et 4 sont irrécupérables

- 75 puits ont été endommagés : 62 sont réparables et 13 sont effondrés

Le directeur de l'école primaire de Tin Telloust n'ayant pas rejoint son poste, la rentrée scolaire n'a pas encore eu lieu. Les collégiens parrainés par Niger Vivant ont tous réussi leur année et continuent leur cursus dans leur collège et lycée respectifs à l'exception de celui qui a échoué au bac et va redoubler son année de terminale à Niamey à la charge de son frère. Ahmed nous fera le point complet sur la rentrée scolaire 2019-2020 à son retour à Tin Telloust.

Malgré l'arrêt des constructions pendant la saison des pluies, la quatrième maison en pierre et banco est pratiquement terminée. Très appréciées par la population, elles furent un refuge pour nombre de familles fin août. Nous avons programmé la construction de deux autres maisons d'ici la fin de l'année.

Le puits de Barghot 2 est lui aussi terminé. L'eau est à une profondeur de 30 mètres.

Dans un nouveau courrier du 20 avril 2019 que nous avons reçu le 15 mai, Ahmed nous apporte de bonnes nouvelles concernant l'école de Tin-Telloust : suite aux démarches des parents d'élèves, un nouveau directeur Monsieur Sahirou Saby (Haoussa) et trois enseignants ont été nommés dont une femme touarègue d'Agadez, un enseignant natif de Tin-Telloust et une enseignante Haoussa.  L'effectif de l'école est de 59 élèves dont 20 filles. Ahmed nous a également envoyé les bulletins des 6 collégiens. Ils sont toujours aussi bons sauf pour un.  Ahmed a pu discuter longuement avec lui pour comprendre la raison de son échec. Il a promis de tout faire pour revenir à sa place de premier de classe !

La nappe d'eau est bonne pour les 300 jardins en activité et les premiers semis de la saison chaude ont commencé. Les semis de graines locales reprennent aussi dans la pépinière école : 500 acacias Albida,10 acacias Nilotica, 200 moringas Olifera et 100 jujubiers.

Au dispensaire, la sage-femme diplômée d'état est toujours en poste aidée par un infirmier volontaire natif de Tin-Telloust.

Ils vont refaire eux-mêmes 1,5 km de la piste menant à Arlit.

La recheptellisation donne de bons résultats apportant aux familles du lait, de la viande et le fruit de la vente de quelques têtes de bétail.

Le programme de construction des maisons continue avec une troisième en cours, qui sera bientôt finie où logera une famille de 11 personnes. Malheureusement à partir du 15 juin, les conditions climatiques (chaleur et pluie) ne permettent pas de poursuivre les constructions qui pourront reprendre activement vers le 15 septembre.

 Dans son courrier du 8 février 2019 que nous venons juste de recevoir, Ahmed fait le point sur la situation à Tin-Telloust:

- la saison des pluies leur ayant été favorable cette année, la récolte d'oignons est bonne, ce qui n'est pas le cas pour d'autres localités de l'Aïr

- le puits de Barghot 2 est cimenté et Areva s'engage à réaliser le forage prévu avec pompe solaire

- le dispensaire connait une forte activité : aux nombreuses consultations pour paludisme viennent s'ajouter celles pour l'épidémie de  grippes liées aux températures très froides de cet hiver (jusqu'à - 5°)

- au niveau de l'école primaire, la situation est très préoccupante : absence du directeur et de certains enseignants laissant les enfants sans classe pendant un mois. Le directeur qui vient de revenir s'engage à rattraper les cours le mercredi soir et le dimanche pour que les élèves de CM2 puissent obtenir leur certificat de fin d'études primaires. Espérons que ça va aller !...

- Désert Vivant poursuit ses objectifs : deux maisons sont pratiquement finies. Une va abriter une famille de cinq personnes et dans l'autre , c'est une famille de neuf qui habitera. Les gens sont très très contents de cet aménagement de l'habitat qui leur amène un bon confort, plus de sécurité et contribue à la lutte contre la désertification. Ils sont très motivés pour poursuivre ces gros travaux de construction.

Nous attendons avec impatience les photos qu'Ahmed va nous envoyer !... 

En mars 2018, Ahmed venu à Arlit a pu nous joindre par téléphone et nous donner quelques nouvelles. Le nouveau directeur de l'école s'appelle Ibra Saïbou. Il ne parle pas tamachek mais haoussa et fait l'école en français. Il a travaillé auparavant à Timia pendant trois ans. Il nous a envoyé les bulletins scolaires des jeunes que nous parrainons. La pépinière continue à bien produire : les familles mangent maintenant des fruits et du moringa. Elles vendent également le bol de feuilles de moringa 1000 CFA (1.5€). On leur demande aussi des plants de moringa. Les niveaux des eaux sont bons cette année et tous les puits sont cimentés. La recheptlellisation a été réalisée.  Ahmed prépare le futur gros projet concernant l'habitat de sa communauté qu'il nous soumettra lors de sa venue en octobre prochain. Il recherche une aide financière pour  permettre à Ibrahim Abdoua Assadek de terminer à Agadez ses études supérieures qu'il a dû arrêter après le décès de son père en 2012. Le coût pour s'inscrire en master 1 de gestion des ressources humaines est de 850000 CFA (1300€) et 1000000 CFA (1500€) pour le master 2.

Un mail du 9 janvier 2018, nous annonce le décès du chef du village de Tin Telloust "Saïdi" le père du directeur de l'école décédé fin novembre. Saïdi était souffrant depuis la mort de son fils. Nous sommes très peinés suite à ces tristes nouvelles qui vont entraîner de grands changements dans la vie du village.  

Fin novembre 2017, nous avons appris le décès de Adoum Saïdi directeur de l'école. Avec lui, nous regrettons la perte d' un précieux collaborateur très impliqué  dans le suivi des jeunes que nous parrainons. Gestionnaire avisé, il a su créer et entretenir un lien privilégié entre les parents d'élèves et Niger Vivant permettant ainsi un partenariat efficace.

Dans sa lettre du 12 septembre 2017, Ahmed fait le bilan de la situation à Tin-Telloust :

- si la saison des pluies a été bonne pour les pâturages et les puits, la récolte des oignons a souffert d'une trop forte humidité entraînant une baisse importante du prix de vente (7500 CFA le sac de 50kg au lieu de 12500 CFA)

- la pépinière école donne de très bons résultats : la population commence à consommer les agrumes : citron, orange, pamplemousse, mandarine et tonjalo. Les semences locales de moringa sont très recherchées dans tout l'Aïr et données aux intéressés à Timia et à Iferouane.

- la chenille azalouf contre laquelle il n'y a pas de prédateur continue à dévaster les arbres, surtout les acacias et provoque la mort ou les avortements du cheptel (chèvre, brebis, chamelle)

- la piste reliant Tin-Telloust à Arlit a elle aussi souffert de l'érosion causée par les eaux de pluie mais le camion de la coopérative peut encore passer

- la recheptellisation des familles a bien marché : quelques chèvres ont mis bas et on trouve un peu de laitières 

Dans son message du 13 décembre 2016, Ahmed nous fait part des graves difficultés économiques liées à :

- la très forte baisse du prix de vente des animaux

- la forte baisse également du prix de vente des oignons

- la destruction des pâturages aériens par l'invasion de la chenille "azaluf" contre laquelle il n'existe rien pour l'éradiquer

 

 

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus