Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Nos actions

En mars 2018, Ahmed venu à Arlit a pu nous joindre par téléphone et nous donner quelques nouvelles. Le nouveau directeur de l'école s'appelle Ibra Saïbou. Il ne parle pas tamachek mais haoussa et fait l'école en français. Il a travaillé auparavant à Timia pendant trois ans. Il nous a envoyé les bulletins scolaires des jeunes que nous parrainons. La pépinière continue à bien produire : les familles mangent maintenant des fruits et du moringa. Elles vendent également le bol de feuilles de moringa 1000 CFA (1.5€). On leur demande aussi des plants de moringa. Les niveaux des eaux sont bons cette année et tous les puits sont cimentés. La recheptlellisation a été réalisée.  Ahmed prépare le futur gros projet concernant l'habitat de sa communauté qu'il nous soumettra lors de sa venue en octobre prochain. Il recherche une aide financière pour  permettre à Ibrahim Abdoua Assadek de terminer à Agadez ses études supérieures qu'il a dû arrêter après le décès de son père en 2012. Le coût pour s'inscrire en master 1 de gestion des ressources humaines est de 850000 CFA (1300€) et 1000000 CFA (1500€) pour le master 2.

Un mail du 9 janvier 2018, nous annonce le décès du chef du village de Tin Telloust "Saïdi" le père du directeur de l'école décédé fin novembre. Saïdi était souffrant depuis la mort de son fils. Nous sommes très peinés suite à ces tristes nouvelles qui vont entraîner de grands changements dans la vie du village.  

Fin novembre 2017, nous avons appris le décès de Adoum Saïdi directeur de l'école. Avec lui, nous regrettons la perte d' un précieux collaborateur très impliqué  dans le suivi des jeunes que nous parrainons. Gestionnaire avisé, il a su créer et entretenir un lien privilégié entre les parents d'élèves et Niger Vivant permettant ainsi un partenariat efficace.

Dans sa lettre du 12 septembre 2017, Ahmed fait le bilan de la situation à Tin-Telloust :

- si la saison des pluies a été bonne pour les pâturages et les puits, la récolte des oignons a souffert d'une trop forte humidité entraînant une baisse importante du prix de vente (7500 CFA le sac de 50kg au lieu de 12500 CFA)

- la pépinière école donne de très bons résultats : la population commence à consommer les agrumes : citron, orange, pamplemousse, mandarine et tonjalo. Les semences locales de moringa sont très recherchées dans tout l'Aïr et données aux intéressés à Timia et à Iferouane.

- la chenille azalouf contre laquelle il n'y a pas de prédateur continue à dévaster les arbres, surtout les acacias et provoque la mort ou les avortements du cheptel (chèvre, brebis, chamelle)

- la piste reliant Tin-Telloust à Arlit a elle aussi souffert de l'érosion causée par les eaux de pluie mais le camion de la coopérative peut encore passer

- la recheptellisation des familles a bien marché : quelques chèvres ont mis bas et on trouve un peu de laitières 

Dans son message du 13 décembre 2016, Ahmed nous fait part des graves difficultés économiques liées à :

- la très forte baisse du prix de vente des animaux

- la forte baisse également du prix de vente des oignons

- la destruction des pâturages aériens par l'invasion de la chenille "azaluf" contre laquelle il n'existe rien pour l'éradiquer

 

 

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus