Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Actus et événements

Longtemps dispersés et désorganisés, les artistes Touaregs, de renommée internationale, de Tinariwen, Tartit, Bombino, Kader Tarhanine en passant par les plus jeunes sur la scène internationale, ont décidé aujourd’hui de s’unir, au sein du Collectif des Artistes pour la Sauvegarde et la Préservation de la Culture Touarègue, pour inciter à l’union de leur peuple autour des enjeux qui le concerne et afin qu’il vulgarise sa culture millénaire.

Ils inaugurent leur démarche à la Dame de Canton, Partenaire de longue date, à Paris, sur l’initiative de la présidente de la Délégation européenne du Collectif, Maghassa Walet Amoumene, membre fondatrice de Tartit, le mardi 22 mai 2018 à 20h30.

Dame de Canton

Le Collectif des Artistes Touaregs en Europe

 

 

En direct du désert subsaharien, Fatou Seidi Ghali et ses cousines, unique groupe de femmes guitaristes touareg, livrent une musique minimaliste et poétique, où les rythmiques de transe ancestrale soutiennent un blues enivrant.

A propos de ce concert

Dirigé à la guitare et au chant, avec son jeu mesuré et calme, par l’une des deux seules guitaristes féminines touareg, le groupe va droit à l’essence de la musique du désert.
Révélées au Printemps de Bourges 2017, Fatou Seidi Ghali et ses cousines Alamnou Akrouni et Mariama Salah Assouan viennent de la région des Illighadad, au cœur du Niger. Mêlant d’autres musiques sub-sahariennes à la tradition du tende (performance collective des tambourinaires et des chanteuses), elles enregistrent leurs morceaux dans un grand studio ouvert : le désert.

Réservation obligatoire  www.quaibranly.fr

 

 

Dabous et ses girafes, des gravures rupestres au Niger 

Paris, 10 avril 2018

Située au sud-ouest de l’Air, les grandes plaines où se déroulent chaque année la cure salée des pasteurs nomades peuls et touaregs abritent des stations de gravures rupestres dont la plus célèbre est Dabous (non loin de la route qui relie Agadez à Arlit), connue pour ses girafes. La scène la plus extraordinaire représente deux girafes sur une dalle inclinée avec des dimensions proches du réel, ce qui est exceptionnel. Les deux animaux semblent se suivre et la plus grande des girafes mesure 5,40 m de hauteur.

Jean Clottes, éminent préhistorien, a participé au un moulage complet de cette gravure, en janvier 1999. Lors de cette conférence, il nous présentera cette station de gravures et le grand intérêt qu’elle présente.

En Mars 2006,  Jean Clottes est baptisé Touareg, dans l'Aïr (Niger), sous le nom d'Almawekil.

Renseignements : Cliquer sur l'image

 

 

La Maroquinerie

 

Imarhan

 

LE  29  MARS  2018   19:30

Lorsque sort en 2016 le premier album éponyme d’Imarhan, leur interprétation intense et inspirée d’un genre musical déjà reconnu et peuplé de talents les propulse sur le devant de la scène, faisant de cet album éponyme un disque charnière de la nouvelle vague de la musique touareg.

Leur 2ème album, Temet  (qui sortira le 23 février 2018 sur Cityslang) constitue un grand pas en avant pour le groupe en matière de production. Si le son de leurs débuts était profondément ancré dans la tradition du désert blues méditatif, Temet voit plus loin et trouve ses sources dans le funk, le disco et le rock. « Temet » signifie « liens » en Tamasheq - C’est un appel au rassemblement, pour dire aux gens que nous sommes tous liés, et que c’est seulement à travers l’acceptation et l’assimilation de ce lien que nous serons en mesure de trouver des solutions aux problèmes auxquels toutes les cultures sont aujourd’hui confrontées.
Ce nouvel album est à la hauteur de la maturité et de l’influence acquises par Imarhan avec le temps.

La Maroquinerie

Du 17 octobre 2017 au 4 novembre 2018

 

Partez à la rencontre des Touaregs, une population de tradition nomade vivant dans le désert du Sahara. Découvrez comment l’artisanat, la poésie et la musique, supports privilégiés de l’expression du style touareg, témoignent du dynamisme d’une société confrontée aujourd’hui à de multiples bouleversements sociopolitiques, climatiques et économiques.

La société touarègue contemporaine affirme son identité en jouant avec son image et la perception qu’en ont les occidentaux, notamment à travers ses créations artisanales et artistiques. Aujourd’hui, la culture touarègue perdure : elle sait intègrer la modernité tout en respectant son identité, ses valeurs et son style.

Musées des confluences

 


 

2017, l'année du centenaire de la naissance de Jean Rouch, l'un des grands passeursde la modernité.

L’œuvre de Rouch est à son image : multiple et complexe.

Elle est à la croisée de l’anthropologie visuelle, du cinéma direct et de la fiction, elle en brouille les frontières. Elle est aussi une part du patrimoine mondial et de l’oralité : ce qu’il a filmé n’existe sans doute plus aujourd’hui. Avec Rouch et ceux qui ont travaillé avec lui, le film s’est fait méthode d’exposition des résultats, moyen d’expression et support de réflexion sur le monde et les hommes.
Jean Rouch a saisi les bouleversements qui traversaient les populations, les peuples, dans l’Afrique coloniale, à l’heure des indépendances et de la décolonisation. Il a filmé la confrontation d’esprits anciens face aux esprits modernes. Des rituels de possession aux quelques épisodes de vie, l’œuvre de Rouch reste une source inépuisable pour la compréhension du monde moderne et de l’histoire du cinéma. La transmission de Rouch passe aussi par ces étudiants, ces jeunes chercheurs qui ont pu croiser sa route et, dans leur pays, ont su partagé leur(s) vision(s) du ciné-Rouch, du cinéma anthropologique, de l’anthropologie visuelle.

http://jeanrouch2017.fr/fr/

 

 

.

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus